L’offre de biens et de services à crédit est devenue l’une des pierres angulaires de l’économie moderne. Cette pratique a considérablement augmenté le pouvoir d’achat des consommateurs et le pouvoir de vente des entreprises. Toutefois, elle a également entraîné des problèmes plus négatifs. En effet, lorsqu’une entreprise accorde un crédit à un client, elle court le risque de ne jamais recevoir le paiement des biens ou des services fournis. Par conséquent, les entreprises d’aujourd’hui doivent tenir compte de cette possibilité afin de refléter fidèlement leur revenu.

La comptabilisation des créances douteuses

Une des méthodes utilisées pour tenir compte du problème des créances douteuses est de créer une provision pour créances douteuses. En termes techniques, il s’agit d’un compte qui compense les comptes débiteurs afin de montrer au propriétaire de l’entreprise, ou aux investisseurs potentiels, combien d’argent il peut raisonnablement s’attendre à recevoir en fin de compte. C’est ce qu’on appelle la valeur de réalisation nette des comptes débiteurs. La valeur de la provision pour créances douteuses n’est en fait que la meilleure estimation qu’un propriétaire ou un gestionnaire puisse faire à l’avance.

Comment estimer les créances douteuses ?

Les méthodes permettant d’obtenir l’estimation susmentionnée comprennent :

  • la classification des risques, où chaque client se voit attribuer un score en fonction du degré de risque qu’il est perçu (semblable au score de crédit d’un individu) ;
  • le pourcentage historique des comptes clients dans lequel le pourcentage des comptes débiteurs qui n’ont pas été recouvrés dans le passé est utilisé comme prédicteur du montant qui ne sera pas recouvré dans l’avenir ;
  • le pourcentage historique des ventes, dans lequel le pourcentage des ventes passées ayant entraîné des créances douteuses est utilisé comme indicateur de l’ampleur des créances douteuses à l’avenir.

L’ enregistrement de l’estimation

Lorsqu’une entreprise établit sa meilleure estimation du montant de la dette qui ne sera pas remboursée, elle doit comptabiliser ce montant au moyen d’écritures comptables. Le but de ces inscriptions est de fournir l’image la plus précise possible de la position de l’entreprise à un moment donné.

Supposons qu’une entreprise décide d’avoir une provision pour créances douteuses de 9 000 euros pour une certaine période. L’écriture de journal initiale serait la suivante :

Frais de créances douteuses : 9 000 euros

Provision pour créances douteuses : 9 000 euros

Les frais de créances douteuses sont débités et la provision pour créances douteuses est créditée. Essentiellement, cette entrée réduit de 9 000 euros le revenu déclaré de l’entreprise, car celle-ci croit que cet argent ne sera jamais réellement reçu.

Au fur et à mesure que le temps passe et que le montant réel des créances douteuses devient plus clair, des écritures peuvent être passées pour refléter cette certitude. Par exemple, que se passe-t-il si le montant réel de la dette qui n’est pas remboursée pendant une certaine période est de 2 700 euros ? Dans ce cas, cette écriture de journal serait enregistrée :

Provision pour créances douteuses : 2 700 euros

Compte débiteur : 2 700 euros

Bien que les règles de débit et de crédit des comptes dans cette situation soient un peu alambiquées, il en résulte que le compte  » provision  » et les comptes débiteurs sont réduits.

Rembourser une créance douteuse

De temps à autre, une entreprise peut éventuellement réussir à recouvrer des paiements qu’elle croyait auparavant irrécouvrables. Dans ce cas, une autre écriture comptable doit être enregistrée pour refléter ce nouveau développement. Par exemple, un client pourrait finir par payer les 2 700 euros mentionnés ci-dessus. Dans ce cas, l’écriture de journal serait la suivante :

Compte débiteur : 2 700 euros

Provision pour créances douteuses : 2 700 euros

Contrairement à l’écriture précédente, cette écriture augmente à la fois le compte  » provision  » et les comptes clients.

La méthode de radiation directe

La méthode décrite ci-dessus pour traiter les créances douteuses est celle généralement préconisée par les gouvernements et les organismes de réglementation (et elle est conforme). Elle est fondée sur ce qu’on appelle la comptabilité d’exercice. Selon cette forme de comptabilité, l’enregistrement des produits, des charges, etc. doit être basé sur des  » événements économiques  » et non sur des transactions réelles au comptant. Cette méthode garantit que la situation financière d’une société est affichée en fonction des ventes qui ont été réalisées et des dépenses qui ont été engagées, quel que soit le moment où l’argent change de mains.

Une autre façon de comptabiliser les mauvaises créances est connue sous le nom de méthode de la radiation directe. Dans ce système, la créance douteuse est soustraite du revenu d’une société au moment ou la société détermine que cette créance est irrécouvrable. L’écriture de journal pour enregistrer cet événement est simplement un débit (ou une augmentation) de la dépense de créance irrécouvrable et un crédit (diminution) des comptes clients.

Bien que cette méthode soit beaucoup plus simple, elle ne permet pas de faire correspondre correctement les revenus reçus et les dépenses engagées. C’est-à-dire que la dépense pour créances douteuses semblera s’être produite plus tard qu’elle ne l’a fait, réduisant ainsi le revenu global pour la mauvaise période de temps.

En pratique

Tout comme un individu doit faire attention à la quantité d’argent qu’il emprunte, les entreprises doivent prendre des précautions pour s’assurer qu’elles n’accordent pas trop de crédit. Les propriétaires et/ou les gestionnaires d’une entreprise devraient entreprendre une analyse approfondie de leur situation et élaborer une politique de crédit appropriée.

La politique de crédit appropriée dépend du secteur d’activité de l’entreprise et du degré de risque qu’elle est prête à assumer, parmi de nombreux autres facteurs, mais une bonne règle empirique est qu’une entreprise ne devrait vendre des biens ou des services à crédit qu’à des acheteurs qui sont en mesure de rembourser la dette.

Accès privé

connectez vous france comptabilité

Accès clients - Logiciel de comptabilité

Accès Espace Paie

Bouton france comptabilité

© Copyright 2014. SAS France Comptabilité 57, route de Canta Gallet - 06200 Nice Société d'expertise comptable inscrite au Tableau de l'Ordre des Experts Comptables de Marseille PACA Siret : 80282970500010